soins palliatifs pour impactés

Après 10 jours d’une vie trépidante, nous voici de retour.

Ici, rien de nouveau si ce n’est que les arbres n’ont déjà plus de feuille.

Puis un courrier de la mairie dans la boîte. Au verso une tache informe digne d’un test psychologique de Rorschach. Dans cette tache vous voyez un poisson, un papillon, un chat, … non, non… une grosse flèche vous indique « tracé de la LGV ». Je ne peux m’empêcher de sourire en voyant un TGV dont les mérites semblent être célébrés par une mairie qui maîtrise aussi peu les logiciels de bureautique, ça paraît dingue et décalé. Je rigole et je pense au jour où ils iront jusqu’à nous proposer le minitel comme étant la dernière merveille technologique.

Dans le même élan d’admiration, je retourne le papier, au recto quelques mots patauds s’adressent aux imbéciles que nous sommes. Pour les résumer rien de tel qu’un petit dessin:

infirmerie de stephane cambou

Et on se demande comment toute cette flopée de gens rémunérés pour soutenir des projets coûteux sont aussi mauvais en communication, en graphisme, en internet et tout le reste. Pourquoi ces lettres, pourquoi ces plans brouillons, ces études non étudiées, cette déshumanisation, ce discours incohérent, ce manque d’efficacité, cette incapacité d’analyse sur le rendement, cet illogisme percutant et insistant ; mais enfin, quel bureau de marketing génial a réussi à leur faire croire que l’image du progrès et de la modernité c’est ça?

T.B.

stephanecambou