Chaptelat: de l’art

De coutume, nous sommes relativement indulgents avec les étrangetés artistiques que nous pondent nos élus . Au Sénégal, le sujet est plus grave car une dépense excessive peut affaiblir une population qui a déjà du mal à s’en sortir.
C’est ainsi qu’une œuvre de très mauvais goût et au prix exorbitant de 23 millions d’euros fait débat en Afrique. Voir ce site et cet article

Nous pensons être à l’abri du ridicule et on se permet de dire  « en effet, cette sculpture est artistiquement très très limite ».  Chers amis, je ne pense pas que notre paysage soit dépourvu d’horreur de ce genre: Venez voir à Chaptelat ! Je ne vous parle pas de LGV mais d’une sculpture qui vient d’être déposée dans la commune. Une sculpture, que dis-je, une merveille qui, dans le registre œuvre d’art propagandiste des belles années, aurait fait un tabac.
La mise en scène est la suivante : Trois enclumes accompagnées de leur marteau et, pour achever le tout, un petit oiseau posé sur un grand cercle; l’ensemble est en pierre sculptée.

Les références culturelles que suscitent ces représentations ne peuvent pas nous enlever de l’esprit que quelque chose de plus fort se cache derrière son aspect grotesque :  si, si, …  heu… au fait… quel est le message, chef ?

Non, il ne s’agit pas de St Eloi , qui désespèrerait en voyant que l’art a régressé à ce point depuis qu’il est mort. Mais il s’agit d’un VRAI message:  » mon petit oiseau en sculpture dominant trois presse-tomates.  »

l'Enclume de chaptelat

la culture selon stephane cambou

+ d’info sur le sujet : vous rendre sur chaptelat citoyens.fr

—————————-

Aux dernières nouvelles : son petit oiseau a été sculpté par un artiste de Vassivière.
Autre référence: Monsieur P a trouvé  la chanson (paillarde) les 3 orfèvres :
« Trois orfèvres, à la Saint-Eloi
S’en allèrent dîner chez un autre orfèvre
Trois orfèvres, à la Saint-Eloi
S’en allèrent dîner chez un autr’ roi »
[…]

( la suite est trop trash )


(merci, amis lecteurs, pour vos nombreux e-mails très instructifs.)